#mk-edge-slider-5c17da192bbad { background-color: #000000; }
.full-width-5c17da192aece { min-height:560px; padding:10px 0 10px; margin-bottom:0px; } #background-layer--5c17da192aece { background-image:url(http://www.entresort.net/wp-content/uploads/2014/09/3-Les_oiseaux-2012.jpg); background-position:center center; background-repeat:no-repeat; ; }

Bernardo Montet / Cie Mawguerite

Artiste associé du SE/cW

Après un passage à l’école Mudra de Maurice Béjart à Bruxelles, il poursuit sa carrière auprès de la chorégraphe Catherine Diverrès et codirige avec elle le Centre Chorégraphique National de Rennes jusqu’en 1998. Il sera ensuite à la direction du Centre Chorégraphique National de Tours de 2003 à fin 2011. Dès 1997, Bernardo Montet s’entoure d’une équipe de collaborateurs fidèles (Tal Beit Halachmi, Taoufiq Izeddiou, Dimitri Tsiapkinis et Marc Veh) avec lesquels il compose un répertoire d’une vingtaine de pièces. En 2012, il accompagne Madeleine Louarn sur le spectacle Les Oiseaux d’Aristophane, parallèlement il travaille sur un duo intitulé (Des)incarnat(s), avec un des comédien de l’Atelier Catalyse, sur la notion de Vulnérable.

Toutes ses pièces, traitent de sujets qui lui sont chers : le colonialisme, la mémoire, l’identité, la conscience des corps, la résistance… Bernardo Montet développe également des projets singuliers avec des enfants tels que ChOral (2013), Mom’arts (2010, 2011), dans la Ville tels que Pas à Pas (2013), La Marche des anges (2007) ou Veiller par le geste (2008, 2009 et 2010).

(des)Incarnats(s) – création 2012 
duo avec Jean-Claude Pouliquen

« Voir danser Jean-Claude me ramène à Tefen Burnett*, à une danse de l’informe, à un impossible à atteindre. Dans le creux de ses mouvements se trouve le berceau de l’humain, peut-être de l’humanité. Sa danse est pleine, intense, dans le moment présent. Sans technique d’exhibition, il flotte entre deux mondes, celui du réel et celui du rêve. Entre «cochon et Christ». Danser avec Jean-Claude c’est me confronter à l’archaisme de ma pratique, la danse. C’est considérer la vulnérabilité comme espace de connaissance. Se mettre en péril, aller à la dérive, plonger dans la nuit à la lumière d’une luciole. Au-delà du message politique, la poésie comme le mouvement libèrent l’énergie que l’ordre empêche. La morale commence et finit par le corps. Fragilité n’est pas faiblesse. » Bernardo Montet

En Chemin – création 2014
En collaboration avec Rodolphe Burger et les comédiens de Catalyse

Mêler l’étrange à l’instable, la poésie d’une présence qui malgré tout s’avance vers nous… Ce spectacle est comme un cheminement, une route qui se trace au fl d’un poème musical, joué en live avec les mots et la guitare de Rodolphe Burger. Aux côtés de Bernardo Montet, les comédiens professionnels handicapés de la compagnie Catalyse nous ouvrent le passage… Déflé de corps plus que de costumes, En chemin interroge ce rapport très étrange que chacun de nous entretient avec la notion du corps glorieux.

Contactez nous

Merci pour votre message

Changer le texte captcha txt