Sélection d’articles de presse

Les créations

Ludwig, un roi sur la lune

LE CANARD ENCHAINE 21 DECEMBRE 2016

« Le geste est simple, et c’est beau comme ce parterre soudain inondé de jonquilles, comme ces regards échangés avec les musiciens… »

MOUVEMENT n° 84  JUILLET 2016

« Madeleine Louarn distille, pièce après pièce, cette vérité de la nuit et de la lune espérée par Ludwig « 

TELERAMA 10 JUILLET 2016

« Ce que leurs gestes peuvent avoir de « non conforme » paraît alors si vrai, si juste… Madeleine Louarn donne à voir des personnes que n’ont pas encore abimées les conventions, que n’ont pas encore pétris les codes. Une humanité brute, comme on dit  » art brut » Originelle. Essentielle. Aller les admirer, c’est retrouver nos trésors de pureté, de vérité, avant que ne surgissent les mensonges « 

INFERNO MAGAZINE JUILLET 2016

« Celui qui n’a pas vu un spectacle de Madeleine Louarn n’a rien vu du théâtre, de sa fragilité, de sa poésie imperceptible et ne connaitra non plus l’exploit, sans effet de ses comédiens sur scène… »

LE MONDE 30 juin 2016

« Les acteurs ont leur façon à eux de répondre à ma proposition artistique, il ne faut pas avoir peur de l’accident »

TELERAMA supplement juin 2016

« Dans ses engagements comme dans son travail, Madeleine Louarn répond a une question essentielle, celle de la liberté »

INFERNO MAGAZINE 20 AVRIL 2016

« Pour tous ceux qui doutaient de la sincérité de la démarche de Madeleine Louarn, metteur en scène installée à Morlaix, ils ont du être rassurés lors de la rencontre organisée par le Festival d’Avignon qui préfigure sa venue lors du prochain festival avec sa nouvelle création Ludwig, un roi sur la lune, une pièce de Frédéric Vossier.
… »

Tohu-Bohu

LE TÉLÉGRAMME 10 OCTOBRE 2014

« Le public lorientais les connaît et s’est attaché à eux, ces comédiens qui troublent et interpellent sur la normalité, épatent par leur mémoire, émeuvent par leur plaisir à jouer, questionnent notre regard… »

LE TÉLÉGRAMME 7 OCTOBRE 2014

« Un grand mélange improbable d’extraits de pièces de théâtre, de saynètes visuelles et de confessions intimes qui, extraordinairement, fonctionne du tonnerre. »

OUEST-FRANCE 4 OCTOBRE 2014

« C’est une pièce sur la mémoire des différents spectacles que l’on a traversés, qui essaie de retracer le parcours que les acteurs ont pu faire eux-mêmes à travers le théâtre. Comment, d’un démarrage où l’on ne comprend pas du tout ce que l’on doit faire, on se fait une petite image de ce qu’on va jouer, comment on va se transformer. »

Les oiseaux

FRANCE BLEU 27 FÉVRIER 2015

Entretien de Madeleine Louarn, réalisé par Michel Flandrin

TÉLÉRAMA MARS 2013

« On ne pouvait rêver meilleurs messagers que ces comédiens-là pour porter cette parole singulière. »

MOUVEMENT DECEMBRE 2012

« Le tremblement de leur mouvement lui donne une rigueur absolue. Ils savent qu’ils ne savent pas tout, et ils foncent, se jettent dans l’instant. C’est leur force. Elle est bouleversante. »

LE TÉLÉGRAMME 10 novembre 2012

« Des personnages vraiment incarnés, un plaisir manifeste à jouer, et surtout, c’est nouveau, un véritable engagement du corps en scène, grâce au travail du chorégraphe Bernardo Montet, qui a su saisir l’essence de ces présences particulières, et en faire des danses étranges et magnifiques. »

L’Empereur de Chine

SORTIE DE SECOURS 4 novembre 2010

« Je pense que ça n’aurait jamais pu avoir lieu sans la révolution dadaïste, qui a situé l’art à des endroits où on n’avait pas forcément l’habitude de le voir. »

ALTERNATIVE THÉÂTRALE  2010

Christelle Podeur se concentre et dit : « Je suis Onane, c’est le rôle que je fais. Onane aime bien faire des expériences. Elle veut tout, tout, tout…mais elle n’a jamais rien. Elle a beaucoup de désirs. »

TÉLÉRAMA 24 mars 2010

« C’est un théâtre des contrastes (entre l’or des costumes et le côté gris techno du décor minimaliste) qu’élabore Madeleine Louarn. Un théâtre de l’empêchement. Un théâtre généreux, aussi, dans lequel chacun – comédien, souffleuse, technicien – porte sa part de lumière. »

En délicatesse

LE TÉLÉGRAMME 22 mars 2010

« Il a le grand mérite d’être de ceux qui questionne et que l’on prend plaisir à resavourer une fois le rideau baissé. »

OUEST-FRANCE 17 mars 2010

« Une vision poignante de notre société qui évolue, de la famille en train de se disloquer. Il tisse des lignes de tensions qui mettent en question nos devenir face à l’instabilité sociale. »

LE TÉLÉGRAMME 17 mars 2010

« Un air de mélancolie et un jardin public donnent le cadre à ce récit ou cinq personnages vont successivement s’aimer, se disputer et se quitter. »

OUEST-FRANCE 14 mai 2009

« Madeleine Louarn a visiblement pris plaisir a mettre ce texte en scène. Sur le plateau du CDDB, les scènes se succèdent comme autant de tranches de vie. Chacune livre ses secrets, aucune n’est anodine. »

Alice ou le monde des merveilles

MOUVEMENT décembre 2008

« Quand ils jouent avec des acteurs dits normaux, ont est pris de vertige : impossible de distinguer les acteurs, impossible de savoir qui est qui, quel corps endosse quel masque »

OUEST-FRANCE 29-30 novembre 2008

« Sur scène, les acteurs font exactement ce que fait Lewis Carroll : ils nous ouvrent des portes »

LE PROGRÈS 4 mars 2007

« Ils en restituent l’étrangeté avec une force indéniable »

…Que nuages…

TELERAMA 14 mai 2016

« Les plus grands théoriciens du théâtre ont rêvé à des comédiens dont la seule apparition physique, brute, faisait naître du sens et de la vérité, de l’émotion»

LA TERRASSE mai 2016

« Cette mise en écho décuple l’impact de la poétique de Beckett, qui traduit le temps, la disparition, la répétition . »

AUBERMENSUEL mai 2016

« Par les yeux, par les oreilles, se noue une existence qui se déréalise. C’est un dernier souffle. C’est aussi un nouveau statut pour les mots puisque l’image et le son deviennent premier »

FRAGIL 13 avril 2006

« Leur présence est comme suspendue. Avec eux, on est jamais assuré, c’est donc plus intense et plus mystérieux. »

OUEST-FRANCE 16 décembre 2004

« Ils sont dans la présence. Juste ce qu’il faut pour jouer Beckett »

LE PROGRÈS 6 décembre 2004

« Cette fin qui suspend est la métamorphose d’une création parfaite, entièrement mentale et imaginaire… Samuel Beckett disait que sa propre langue lui apparaissait comme un voile qu’il faut déchirer afin d’atteindre les choses, ou le néant, qui se trouvent au-delà »

Les petites tragédies de Pouchkine

LE TÉLÉGRAMME 18 octobre 2005

« La mise en scène fraîche et insolite lui donne un charme spécial que les spectateurs ont découvert avec régal. Le tout dans une langue très rythmée et musicale qui s’accroche bien à la pensée saccadée et aux personnages percutants. »

OUEST-FRANCE 6 octobre 2005

« Les spectateurs ne sont pas au bout de leurs surprises. Car c’est là toute l’audace de la mise en scène qui intègre le public jusqu’à l’inviter au Festin pendant la peste. »

LE TÉLÉGRAMME 24 septembre 2005

« Mettre le théâtre à la portée de tous, loin de toutes formes d’élitisme. Nul doute que l’initiative fera école. »

Sainte Tryphine et le roi Arthur

LE TÉLÉGRAMME 16 décembre 2002

« D’actes en actes, la tension monte, les notes dramatiques succèdent aux passages plus naïfs. Tel ce fou rire que déclenche, à chaque apparition, le gardien de pourceaux, particulièrement décalé. »

LE TÉLÉGRAMME 12 décembre 2002

« Contribuer à la réouverture du Théâtre de Morlaix est quelque chose de très fort pour nous. A deux jours du lever de rideau, Madeleine Louarn balance entre fébrilité et enthousiasme. »

OUEST-FRANCE 25 novembre 2002

« Tout est convention au théâtre . Il y a une multiplicité de possibilité, autant que dans la peinture. »

Les veillées absurdes

OUEST-FRANCE 2 octobre 2002

« Nul doute que cette répétition publique était aussi constructive pour ces acteurs plein de talent, que pour l’auditoire ou le metteur-en-scène. »

LE TÉLÉGRAMME 24 mars 2002

« Des tirades aux chutes hilarantes se moquent efficacement d’un quotidien devenu futile, à l’époque où le régime soviétique faisait de ses citoyens les simples instruments d’un système prêt à éliminer les individus déviant pour sa survie. »

LE TÉLÉGRAMME 6 mars 2002

« S’imprégnant des mots et des maux de l’écrivain, conjuguant tragique et comique avec une saisissante concision »

Le Jeu du Songe

LE TÉLÉGRAMME 27 mars 1999

« La relation avec les autres acteurs devient égalitaire et devient la normalité. »

LIBÉRATION 12 mars 1999

« L’adhésion des spectateurs ne doit pas grand chose à la compassion ni au voyeurisme : c’est le savoir faire de la compagnie et les personnalités des acteurs qu’on applaudit. »

OUEST-FRANCE 9 mars 1999

« Le résultat est remarquable. La pièce qui mêle la réalité à la fiction, fait entrer la magie des rêves dans une histoire d’amour, le théâtre dans le théâtre, est une oeuvre poétique par excellence. »

Madeleine Louarn

BRETAGNE ENSEMBLE Mai 2015

« Le théâtre, c’est la représentation de l’homme dans le monde. La scène permet de nous questionner, de nous interpeller sur le sens de ce que nous vivons tous, de ce qui est inachevé, blessé en nous »

LA GAZETTE DES COMMUNES 16 MARS 2015

« Le monde de la culture et les élus doivent renouer le dialogue »

LE TÉLÉGRAMME 11 MARS 2015

« Une réflexion sociologique sur les pratiques culturelles et leur évolution au contact des personnes handicapées »

LA GAZETTE DES COMMUNES 14 novembre 2014

« Déléguer la culture aux seules régions est hors de question pour nous »

LE TÉLÉGRAMME 9 octobre 2014

« Elle s’apprête à recevoir la médaille de l’Ordre des arts et des lettres. Un parcours de hasard et de passion »

LA LETTRE DU SPECTACLE septembre 2013

« Elle est enfin la première femme présidente du Syndéac depuis sa création »

LE TÉLÉGRAMME 9 avril 2000

« L’entrée de l’Entresort au palmarès des « élus » n’en a que plus de poids symbolique, démontrant indubitablement tout le potentiel de la troupe finistérienne »

Catalyse

ÉNERGIES SYNDICALES  mars 2007

« À peine a-t-on remarqué leur langage un peu râpeux, cette façon particulière de buter sur les mots, tant leur présence sur scène est forte. »

LE TÉLÉGRAMME 21 MARS 2002

« Une ode à la tolérance, à la dignité, à l’humanité et au talent. Tout simplement »

Yvon Prigent

OUEST-FRANCE 27 MARS 2009

« Son handicap mental n’est pas un frein.Bien plus un révélateur de talent, d’une vraie personnalités. “C’est Madeleine qui attribue les rôles, mais c’est moi qui choisis comment jouer mes personnages. Quand je me vois à la télé, je ne vois pas mon handicap” »

Jacques Priser

OUEST-FRANCE 22 février 2010

« Il a commencé clochard dans Si c’est un homme, à fini roi dans Alice ou le monde des merveilles. C’était son dernier rôle »

Acteur d’un territoire

1 % Au cœur de l’enfance et du chantier SEW

OUEST-FRANCE 13 avril 2015

« Est-ce qu’on peut mettre des vagues dans une valise ?  Cette drôle de question, et bien d’autres, ce sont les enfants de l’école Gambetta qui la posent. Ils travaillent à une oeuvre culturelle hors du commun, en lien avec l’installation de la plateforme culturelle SE/cW à la Manu »

Contactez nous

Merci pour votre message

Changer le texte captcha txt